L'art africain dans la littérature orale accueil

Chapitre IX. Problèmes d'esthétique dans la littérature orale africaine

Dans l'état actuel des projets, des recherches et des essais de mise en place d'une pédagogie et des auxiliaires pédagogiques de la littérature orale africaine, les problèmes d'esthétique de celle-ci sont appelés à suivre deux orientations méthodologiques majeures : la pensée esthétique et l'idée d'esthéticité.

Les références bibliographiques permettent de constater la variété et l'étendue de notre information dans le domaine de la littérature orale africaine. Cependant, une pensée esthétique organisée et méthodologique ne se dégage pas du vaste ensemble des études réalisées. On trouve, dans les bibliographies qui la concernent des appréciations hâtives, subjectives, parfois erronées ; ou bien encore des réflexions et des pensées éparses tirées arbitrairement des critères d'appréciation en usage en Occident. Certains jugements portés sur la littérature orale africaine sont de ce fait contradictoire, en même temps qu'apparaissent ça et là quelques étincelles de vérité. Les évaluations actuelles, sur les plans métaphysiques, psychologiques, sociologiques, etc., sont trop souvent dominées par une démarche dogmatique qui conduit habituellement à des contradictions insolubles.

Pour échapper à la rigidité du dogmatisme ou au caractère fragmentaire d'une évaluation systématique non méthodologique, il est nécessaire de recourir à une esthétique philosophique critique de la littérature orale africaine. Appliquée à la littérature orale africaine, l'esthétique philosophique critique permettra d'embrasser, par définition, tout le domaine de l'expérience esthétique négro-africaine, en l'assimilant et en le coordonnant sans réduction, sans porter atteinte à la vie et à la richesse de ses formes et de ses significations, sans contraindre le jeu de ses appréciations et de ses estimations. A. Banfi définit très clairement l'obligation qui découle de l'esthétique philosophique critique : " Elle ne se présente pas comme une loi normative : l'esthétique critique ne juge pas, elle analyse, elle connaît tous les moments, tous les mouvements de l'expérience artistique, en connaissant la liberté ".

Le même auteur ajoute, dans une note explicative de ses Lezioni di estitica : " C'est ici que l'on peut se livrer à une observation. Il résulte de ce que l'on vient d'exposer que l'esthétique ne saurait imposer à notre goût des estimations spécifiques, mais qu'elle se contente de lui présenter la totalité des éléments qui peuvent fonder un jugement. Ainsi, en face d'une œuvre d'art, l'esthétique critique qui nous initie à la complexité de sa structure, rend notre goût plus savant et plus riche - à condition que le spectateur détienne une capacité minimum d'émotion esthétique, puisque aucune théorie ne peut agir sur un individu fermé à toute forme de sensibilité artistique. Toutefois, il arrive souvent que des gens qui sont sourds au langage de l'art, placés devant l'œuvre qu'un critique a jugé " artistique, l'acceptent comme telle et s'efforcent de la comprendre : ils reconnaissent donc à l'art une réalité objective et s'y conformant. L'esthétique critique peut alors délier ce qu'il y a de rigide et d'inconscient dans cette acceptation, en rapprochant la vie étroite de l'individu et l'infinie complexité de cette vie de l'art qui lui apparaît comme objective et immobile. "

 

webmaster: Abdoul Azize Kindo